Rudéricus : Romain tardif IV ième

148_4860_IMG

Descriptif de mon équipement Romain tardif iV iéme siécle , légion palatine ''Herculiani''

 Casque Berkasovo 2 ( Thorkil)

 Cingulum (ceinturon par Réchignac JM Ebert)

 Scutum (bouclier) (de cannes et batons)

 Thoracomachus (par Barbara )

 

Le thoracomachus

 protection sous l'armatura(armure) , composée de cuir et plusieurs couches de lin (ici5) . A ce thoracomachus sont fixées des ptéruges

dyn005_original_924_1232_pjpeg_2618183_9ea9d0965ebaedd48378b4eefb528e98

Rudéricus sans l'armatura

Thoracomachus en cuir marron et avec des ptéruges rouge: il s'agit d'un Thoracomachus léger d'officier

dyn003_original_432_576_pjpeg_2618183_189687d7bd60e9453aed851bf73a3414

En tunique

Grand_20090614_053Grand_20090614_047147_4736_IMG

 Rodoricus, Primicerius (centurion primicier) commandant de la première cohorte des Herculiani. Le Primicier est le plus important des centurions et se trouve dans de nombreux corps militaires de prestige. Celui-ci peut se placer le cas échéant au nombre des officiers d'état-major, et commande en second juste sous le Tribun. A la bataille, il dirige un peu plus de 400 hommes en première ligne. Rodoricus est vêtu de la "paratura", l'uniforme d'apparat que celui-ci porte dans les grandes occasions; lors des cérémonies cultuelles de l'armée, en revue devant l'empereur et dans les grands espaces publics définis par les règlements impériaux et par la loi (forum, procès publique, au palais impérial, dans les grandes capitales...) - Voir Jean Lydus et le Code Théodosien - . A son niveau, sa tunique est nécessairement d'un blanc pur, et ses décorations, orbiculi et clavii sont à l'inverse des autres soldats de pourpre véritable. Les motifs pourraient être également rehaussés de fils d'or et d'argent. Ce Primicier est coiffé du bonnet pannonien qui, à l'époque romano-tardive chapeaute tous les militaires et même les empereurs. Celui-ci peut être de peau ou de feutre (Cynesius de Cyrène). Le baudrier et son Cingulum, le ceinturon exclusivement militaire sont ornés de raidisseurs, boucles et plaque-boucle d'argent et d'or avec pierre semi-précieuse enchassée et montés sur cuir rouge. De même l'usage de ces matières précieuses sont réglementés au fil du temps, et tous les militaires n'y ont pas accès. Les éléments du ceinturon sont originaire des environs de Trèves, et le couteau comme son fourreau est typique du limes rhénan entre la seconde moitié du IIIe siècle et le IVe siècle. Comme l'épée, la poignée est en ivoire, les ferrures en argent partiellement doré. De par son statut et la "solde" qui lui est versé, le Primicier gravite très haut au dessus du simple soldat...

12079327_1918082188416294_8622530454055255823_n (1)

 

1150235_10200611666957656_1836171132_n

 

Photos de Jean Marc Dutertre ( Copyright all rights reserved)
Rodoric en version centurion des Herculianis

sources

photos des tétrarques à Venise:Cuirasse et ptéruges , 4iéme siècle aprés JC

 

dyn009_original_900_1200_pjpeg_2618183_6fc305ad902d8878834e50c0d3dd3130dyn009_original_900_1200_pjpeg_2618183_527d3491ac3159e97f03ba0c9a8f0cfd 

Casques Berkasovo II

 

casque Berkasovo 2 , fabriqué par Thorkil

Casque de parade et de combat daté du IV ième siécle (320 après JC): utilisé par la cavalerie et trés certainement par l'infanterie

Mon casque : photos de Thorkil . coque acier , forgé à la main et une couche de 0,3 mm en laiton

Inscription Iniana vicit : Licinius (ennemi de Constantin) vaincra

dyn004_original_416_555_pjpeg_2618183_08457b56da42f45dab8028f85b7f8214dyn004_original_415_558_pjpeg_2618183_a94d762b5bc29b0d98488915aebca82d

 

dyn004_original_417_545_pjpeg_2618183_c84d072a4eefd110ecafdbea85f9c2623b

L'original

Photos du casque original

 Ce type de casque était revêtu dune plaque d'argent dorée

 Pour le mien nous avons utilisé du laiton

 l'inscription sur un côté est encore bien visible (Licinius , ennemi de Constantin)

berkasovo2berkasovo2

 

berkasovo2berkasovo_20colour

Cingulum (ceinturon)

le légionnaire Romain est trés fier de porter son ceinturon : c'est une pièce importante du costume civil et militaire

des photos de J M Ebert (Réchignac) , l'artisan qui les a réalisées:

Raidisseur

AT1_small

le mordant (qui fait pendre le bout du ceinturon)

AT2_small

La contre plaque

AT3_small

la boucle du cingulum (type Colchester)

Bou29_small

Scutum (bouclier)

Bouclier avec l'épisème des Herculiani iuniores , légion palatine (Magister Militum Praesentalis I)

copie des épisémes (l'aigle de la Leg II Herculiani iuniores est reconnaissable)

PraesentalisI1

mon scutum (bouclier)

dyn004_original_756_1008_pjpeg_2618183_666f095fec962fca750bf372c9f355dcdyn004_original_780_1040_pjpeg_2618183_34898fd1ec2bfe4438b7726cd407cd49

Armatura: Lorica Hamata

 

Armatura : Lorica Hamata: armure de maille

 

Berkasovo II pour le casque

 

hasta (lance)

 

Epauliéres

 

Scutum (Bouclier) avec episéme (symbole) de la légion des Herculianis (un aigle)

 

Campagi (chaussures) de type Doura Europos

 

Bandes molletières

 

On peut voir la Spatha (épée) et le cingulum (ceinturon) et la plaque boucle de type Colchester ,des épaulières armées inspirées de la numismatique

 

dyn003_original_653_1134_pjpeg_2618183_80abd1573bb743c3d7ed70bbf1f3acb3dyn005_original_719_1100_pjpeg_2618183_097ed01826ccac77641dc7eeec996d47

 

140_4042_IMGDSC_0035

Avec les cnémides (protection de tibia): jambières tardives type Kunzing-Alsace encore partiellement visible sur un des mosaiques du grand palais de Constantinople

DSC06467DSC06469DSC_0035

de face

DSC06468

Armatura : Lorica Squamata

Lorica Squamata : Armure d'écailles

Equipement d'officier avec

-Lorica Squamata

-casque Berkasovo II

-Cnémides (protection de tibias)

148_4860_IMG148_4861_IMG148_4875_IMG

Avec protection du bras droit : La MANICA

149_4944_IMG149_4946_IMG149_4954_IMG

152_5206_IMG152_5211_IMG152_5213_IMG

151_5193_IMGDSC02340

Avec casque de Coblence

PICT0086PICT0087PICT0089

579719_3334843413438_866197199_n

Thoracomachus pour infanterie lourde:

texte :

XVI - Présentation du Thoracomachus.
Anonyme DE REBUS BELLICIS. Fin du IVe siècle.


Parmi toutes les inventions à usage militaire que les anciens, dans leur
prévoyance, ont élaborées pour la postérité, ils ont aussi présentés, contre
le poids et le frottement des armes, le thoracomahcus, étonnamment commode
pour soulager le corps. Car ce type de vêtement, confectionné en feutre , à
la mesure et pour protection de la poitrine humaine, a été conçu, sous
l'inspiration de la crainte et avec une ingéniosité magistrale, à partir de
laines douces ; Il évite d'abord, lorsqu'on le revet, que la cuirasse, la
cotte de mailles, ou leurs équivalents ne blessent les corps fragiles par
les frottement dus au poids, et permet d'autre part aux membres du
combattant ainsi vêtu de supporter leurs épreuves grâce à un tel allégement,
au milieu des dangers de la guerre et du mauvais temps. Et pour éviter que
le même thoracomachus, fouetté par la pluie, n'impose à son porteur une
charge alourdie, il conviendra d'en revêtir la surface de peaux de Lybie ,
bien façonnées à la mesure de ce même thoracomachus . Quand donc, comme nous
l'avons dit, il aura passé ce thoracomachus - qui tire son nom de
l'expression grecque désignant la protection du corps - quand en outre il
aura mis des "socques", c'est à dire des chaussures et des jambières
ferrées, coiffé le casque, serré à son coté le bouclier ou le glaive, et
qu'il tiendra bien en main ses lances, le soldat sera tout à fait armé pour
affronter le combat d'infanterie."

Annonyme Byzantin "Des Stratégiques". VIe siècle
Extrait: Description du Peristithidion:

"Les casques, les cuirasses et les jambières devait être suffisamment fortes
pour se préserver des blessures, tout en n’étant pas excessivement lourdes
pour éviter d’épuiser le soldat avant qu’il n’entre en action. Les armures
devaient offrir une protection non seulement en raison de la résistance de
leurs matériaux, mais également du fait de leur conception et de leur
confort. Il devait aussi y avoir un espace entre l'armure et le corps.
Celle-ci ne doit pas être portée directement sur les vêtements ordinaires,
comme certains le font , afin de diminuer le poids de l’équipement, mais sur
un vêtement d’au moins un doigt d'épaisseur . Il ya deux raisons à cela. Là
où il est en contact avec le corps, le métal dur, ne doit pas irriter, mais
doit épouser et envelopper confortablement le corps humain. En outre,
l'armure permet d’éviter aux missiles ennemis de toucher la chair grâce au
métal, à sa conception et à son confort, mais également parce que le métal
de l’armure est tenu loin de la chair. De ce fait pour que les matériaux
bruts n’irritent pas la peau, les soldats doivent porter un vêtement
rembourré sous ceux-ci comme nous le recommandons pour les cuirasses et les
autres équipements. L’épaisseur de l’habit rend également plus difficile aux
missiles de pénétrer ou du moins de pénétrer profondément dans le corps

 Exemple : Tibérius avec une armatura lourde de 1ere ligne:

thib

Légionnaire et le Vexilum

un honneur de porter le vexilum de la légion

Tibérius

DSC_0001

Iconographie de légionnaires

Ravenne : légionnaire avec des braies larges , ptéruges et spatha

ravenne

Stéle de Lepontius (IV iéme)

stele_de_lepontus

Arc de triomphe de Dioclétien ; le soldat de gauche porte une armure de maille et lautre à droite d'écailles

0chiaramonti2sc9_l_arc_de_triomphe_de_Diocl_tien

Sources écrites sur le légionnaire tardif

 XIX - L'appareil militaire.

"Lorsque l'appareil militaire recherche les combats, pour qu'une foule
compact de soldats n'en affaiblisse pas l'efficacité dans la confusion des
rangs, le chef devra le disposer en trois formations espacées, de manière
que chacune de ces formations ne présente pas plus de deux mille hommes;
autrement la multitude compacte, entrainée à sa propre perte par l'abondance
de ses moyens, serait écrasée par ses forces même. Il conviendra cependant,
pour la traversée des étendues glacées , de munir les soldats de la
protection du Thoracomachus et de les armer de tous les autres équipements
défensifs conformes à ce qu'exige l'usage de leurs membres pour qu'ils
puissent à la fois supporter le froid et affronter les projectiles (...)"
Anonyme DE REBUS BELLICIS. Fin du IVe siècle.

Traduction: Groupe de recherche d'Histoire romaine de l'Unniversité des
Sciences Humaines de Strasbourg, sous la direction d'Edmond Frézouls. Texte
latin établi par E. A. Thompson. Révision par R.I. Ireland éditions et A.
Giardina. Texte intégral

Héléne Jouffroy, "Le De rebus bellicis, source d'histoire militaire?" Col.
Centre d'études romaines et Gallo-Romaines. Nouvelle série, N°26. "l'Armée
Romaine de Dioclétien à Valentinien Ier". Actes du congrès de Lyon. 2002.
Sous la direction de Yann Le Bohec et catherine Wolff. Diffusion De Boccard
2004.

"Livre I, 12, 3-6:

En temps de paix, ils (les soldats) s'enveloppaient dans des casaques de
peaux pendant des épaules aux mollets ; il en décoraient ce qu'on appelle
les podeônes - l'emplacement des pattes - Ils appelaient ces casaques
"globae", c'est à dire "dépouilles" car dépouiller se dit en latin globare.
4. La coutûme était que non seulement les soldats en armes, mais aussi les
généraux s'habillent de cette manière. 5. Les soldats d'aujourd'hui imitent
les barbares, qui en retour cherchent eux-même à les imiter; Seul font
exception les gardes du palais - on les appellent en latin [i]excubitores,
c'est à dire "gardes éveillés"; Tibère César fut le premier après Romulus a
utiliser ce système - Cet équipement s'est maintenu comme je l'ai dit, depuis
Romulus, son origine remontant à Enée."[/i]
Jean Lydus, DE MAGISTRATIBUS. Milieu du VIe siècle.

Traduction: Latine dans l'Edition de Fuss; anglaise: T.F. Carney, John the
Lydian, On the Magistracies of the roman constitition (De Magistratibus)
Sydney, Coonado Press, 1971. Traduction française: Michel Dubuisson.
Annonyme Byzantin "Des Stratégiques". VIe siècle
Extrait: Description du Peristithidion:

"Les casques, les cuirasses et les jambières devait être suffisamment fortes
pour se préserver des blessures, tout en n’étant pas excessivement lourdes
pour éviter d’épuiser le soldat avant qu’il n’entre en action. Les armures
devaient offrir une protection non seulement en raison de la résistance de
leurs matériaux, mais également du fait de leur conception et de leur
confort. Il devait aussi y avoir un espace entre l'armure et le corps.
Celle-ci ne doit pas être portée directement sur les vêtements ordinaires,
comme certains le font , afin de diminuer le poids de l’équipement, mais sur
un vêtement d’au moins un doigt d'épaisseur . Il ya deux raisons à cela. Là
où il est en contact avec le corps, le métal dur, ne doit pas irriter, mais
doit épouser et envelopper confortablement le corps humain. En outre,
l'armure permet d’éviter aux missiles ennemis de toucher la chair grâce au
métal, à sa conception et à son confort, mais également parce que le métal
de l’armure est tenu loin de la chair. De ce fait pour que les matériaux
bruts n’irritent pas la peau, les soldats doivent porter un vêtement
rembourré sous ceux-ci comme nous le recommandons pour les cuirasses et les
autres équipements. L’épaisseur de l’habit rend également plus difficile aux
missiles de pénétrer ou du moins de pénétrer profondément dans le corps."

George T. Dennis, "Three Byzantine Military Treatises". Harvard University
Press.

"Institution V: Des préparatifs des armes.

(...) Il faut des armures qui descendent jusqu'au cou-de-pied , dont on
attache les différentes pièces par des courroies et des anneaux, ( avec
leurs étuis de cuir ?  ) . Il serait bon qu'elles fussent
toutes de mailles de fer, sinon on les fera de corne ou de peau de buffle
sèche -> hors propos mais très intéressant (  On aura des
soubrevestes pour mettre sous les cuirasses. Les corselets seront de fer, ou
d'autre matière comme il a été dit. On aura des casques entiers, des
bottines et des gantelets de fer, ou d'autre matière pour ceux qui en
manqueront ; des colerins de mailles de fer garnis en dedans de feutre, et
en dehors de lin -> métal entre feutre pour protection du corps et lin pour
protection du métal ) Au défaut de cuirasses de fer on y suppléera par
d'autres de nerfs qui seront garnies d'un double feutre . On pourra faire
aussi des casques de tissu de nerfs. On aura des casaques que le soldat
endosse par-dessus ses armes -> voir point 4 ; des fers à hameçon pour de
petites flèches, avec leurs étuis -> des plumbatae ??? ; des malettes, des
frondes, des grandes sacoches, des tubes à jeter du feu, des mèches, des
longes de cuir, des fers pour les pieds des chevaux, avec leurs clous, des
alènes, des limes, des fronteaux, des poitrinals et des colerins de fer ou
de cuir pour les chevaux." (...) .

Institution VI: De l'armure des fantassins et des cavaliers.

(...) Tous les fantassins seront vêtus d'une robe courte qui ne descendra
que jusqu'aux genoux -> notion de longueurs très relatives car pour nous,
jusqu'aux genoux est plutôt long , et auront, s'il est possible, la
soubreveste par dessus la cuirasse -> toujours point 4 . La chaussure ne
sera pas d'une forme pointue : il est à propos que la semelle soit garnie de
clous, ce qui est fort utile, surtout pour les marches. On ne leur permettra
pas de porter la chevelure entière; mais on les tondra, en ne leur laissant
que des cheveux très courts. (...)" -> hygiène

Leon VI le Sage ou le Philosophe "Institutons militaires". IXe-Xe siècle.
(Les institutions ou les Takitika sont de larges reprises du Strategikon de
Maurice et d'autres auteurs tel les simulacres d'Heraclius...)

Traduction de Joly DE MAIZEROY. 1859.
Voir texte intégral: http://remacle.org/bloodwolf/historiens ... itaire.htm



Rudéricus : vie militaire et de camp

 

je porte un bonnet pannonien typique des soldats Romains au 4iéme (voir les tétrarques de Venise ci dessus)

Marles08_001

Actions sur le Limes

Marles08_021oriMarles08_020

La tortue (testudo)

Marles08_030Mrls0268

Ligne de bataille

Marles08_029

Bataille contre les germains (Limitis)

Marles08_031Marles08_032Marles08_033

Patrouille surprise

Marles08_035Marles08_036

Assaut d'un fortin

1_Marle___chelle11_Marle___chelle21_Marle___chelle3

1_Marle___chelle41_Marle___chelle5

Attaque du fortin au bélier

1_Marle_b__lier21_Marle_b__lier31_Marle_b__lier41_Marle_b__lier7

Assaut contre la porte du fortin

1_Marle_portes21_Marle_portes31_Marle_portes41_Marle_portes5